Tijani

Aboul Abbas Ahmad At-Tijani est Ahmed ben Mohammed bin al-Mukhtar bin Ahmed ben Salem al-Tijani et sa mère Aisha bint Mohammed ben Senussi Madawi Tijani. Clerc algérien et mystique et fondateur de la voie Tijani. Il est né en 1737 dans le village actuel d’Ain Madi, dans le Wilayat de Laghouat, en Algérie, dans son pays et au siège de ses prédécesseurs. Il est le fondateur de l’ordre soufi Tijani et de l’angle Tijani, dont l’emplacement et l’angle sont encore visités dans le passé. Il passa sa vie en Algérie, en Mauritanie, au Soudan, au Hijaz, en Tunisie, en Égypte et au Maroc, jusqu’à sa mort dans la ville marocaine de Fès en 1815 après avoir émigré en raison de son mécontentement face à la domination turque en Algérie [1].
La naissance En 1150, Hijri correspondant à 1737 après JC Ain Madi – Laghouat Algérie La mort 1815 Fes Maroc Nationalité Algérienne La vie pratique La profession Doctrine scientifique, guide adaptant la valeur d’une profession de l’immobilier (P106) dans un wiki de données Emploi Mystique

Sa naissance et son éducation 1
Ahmed bin Mohammed al-Tijani est né en 1150 à 1737 dans le village algérien d’Ain Madi, siège de ses prédécesseurs. Le Coran est bien conservé et est le fils de sept ans du roman de l’Imam et l’élève de l’Imam Nafi ibn Abi Naim par le récitant Mohammed bin Hammou Tijani Madawi, qui à son tour élève la mémorisation du Coran et le lit Sheikh Issa Boukaz Madawi Tijani. Il était un homme bon célèbre pour l’état. Après avoir mémorisé le Coran, Ahmad Al-Tijani a travaillé avec les sciences fondamentalistes, secondaires et littéraires. Il a continué à rechercher la connaissance de son pays jusqu’à ce qu’il atteigne le rang d’enseignant qualifié et d’Iftaa avant de quitter son premier voyage à Fès. Bientôt dans l’œil du passé qui tend à l’ascèse, à l’isolement, à la méditation, au culte et à la nuit même si sa femme atteint son père. Il est devenu appel à Dieu et ordonne le bien et interdit le mal.
Fatwa et Dars, âgés de 16 ans à peine, ont perdu leurs parents à la suite de la mort d’une peste en 1166 AH dans la région. Il a enseigné le Coran, la Sunna et d’autres sciences
islamiques pendant cinq ans.

2 Son voyage au pèlerinage et sa visite au prophète

Sous l’angle du cheikh dans le désert, Ahmed Tijani s’est rendu à Tlemcen, la ville du mur, puis est parti en 1186, en 1772, pour visiter la Sainte Maison de Dieu et rendre visite au Prophète que la paix soit sur lui. Quand il est arrivé dans le pays d’Azwaoui, il a entendu le cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al-Azhari lui rendre visite et le prendre par la voie cellulaire. Quand il est arrivé en Tunisie la même année, des saints, dont Abdessamad Rahoui, se sont rencontrés. Ahmed Tijani est resté un an, entre la ville de Tunis et la ville de Sousse, à Vttaa et a répondu à de nombreuses questions, et a étudié plusieurs sciences et ouvrages, sous la direction du livre de la gouvernance. Il a donc fait connaître sa réputation et son expérience à l’émir du pays. Il lui a demandé de rester dans le foyer tunisien pour enseigner et tirer profit de ses connaissances scientifiques. Il lui a donné une maison et lui a confié un tarif de travail important. Cependant, Ahmed Al-Tijani, qui est venu au livre du prince, l’a saisi et l’a réduit au silence et s’est préparé à partir de demain pour voyager Par mer jusqu’en Egypte. Dès son arrivée au Caire, en Égypte, par la mer, il a rencontré son cheikh à ce moment-là. De l’Egypte est allé à la Maison Sacrée de Dieu. Son arrivée à La Mecque au mois de Shawwal en 1773 1187 Hijri. Il en a entendu parler par le cheikh Abou Ahmad Ahmad Ahmad bin Abdullah al Hindi, qui n’avait pas l’autorisation de rencontrer qui que ce soit. Cependant, Ahmed Tijani l’a conduit à travers un messager spécial. Après avoir terminé le pèlerinage et visité la tombe du prophète Mahomet, il s’est rendu à la rencontre de Mohammed bin Abdul Karim al-Samman.

Retour du Mashreq au Maroc et deuxième voyage à Fès
Il est rentré au Caire avec les pèlerins. Une fois arrivé, il est allé rendre visite au cheikh kurde et la paix soit sur lui. Il l’a accueilli et lui a demandé de revenir tous les jours. Il s’est conformé à son souhait. Cette réunion quotidienne a évolué en sessions et débats scientifiques. Sa réputation en Egypte et la délégation de nombreux scientifiques. Il rentra en Tunisie et ne resta pas longtemps. Il se rendit à Tlemcen en 1188 à 1774. Il passa environ trois ans et, en 1191, en 1777, Ahmed Tijani revint de Tlemcen à Fès, se rendant à Idriss al-Azhar. Lors de ce voyage, il a rencontré son écrivain Mohammed bin Mashra Al-Hassani Al-Sibai Al-Tekriti Al-Dar. Depuis sa rencontre avec lui est devenu une prière et sa famille, et sa place dans l’écriture répond jusqu’à l’an 1208 AH, correspondant à 1794 après JC,
C’est l’année où Ahmad Tijani a commencé l’imamat lui-même. Dans la ville d’Oujda, un convoi à destination de Fès, Ali Harazem a rencontré El Fassi pour la première fois. Après avoir visité le mausolée d’Idriss, il a dit à son élève Ali Harazem qu’il était déterminé à retourner à Tlemcen.
Ahmed Tijani resta quelques temps à Tlemcen, puis partit pour le palais de Shalala et d’Abou Simgoun, où le mausolée des Wali tire son nom. Ahmed Al-Tijani vint au palais d’Abou Simgoun en 1196 AH / 1781 AD et instaura la méthode Tijaniyya (1196 AH) dont Fès devint le premier centre. Puis il quitta Abou Simgoun du pays désertique, au dix-septième de Rabi Ier en 1213, et entra dans Fès le sixième de Rabi II la même année. Après avoir concentré Ahmed Tijani a fondé le coin
Continuer à diffuser la méthode et la permission dans les veines. Le commerce a commencé à se répandre au Maghreb, au Sahara et au Soudan occidental. Ahmad al-Tijani a émergé en tant que cheikh qui a consacré sa vie à l’éducation spirituelle et à prendre les mains des marcheurs, en particulier après son immigration à Fès, pour y vivre de manière permanente jusqu’à la mort de son Seigneur, le matin du dix-septième jour de Shawwal, 1815 après J.-C., après 80 ans de sépulture.
De ses qualités et de ses paroles de justice Quand on vous a menti, vous avez répondu: Oui, si vous entendez quelque chose à propos de moi, le solde de la charia, a accepté de le faire, et s’il était en désaccord avec Vterkoh. De son conseil aux mémorisants du Coran: Hafez au moins tous les jours

Auteur : aboulabasstranslations

We provide top quality #Interpreting & #Translation Services aboulabass77@gmail.com +221775237850

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :